Convention pour l’Europe – 2 juin 2018

Convention pour l’Europe

L’ambition de pères fondateurs de l’Europe était d’en faire un continent de paix et de prospérité. 60 ans plus tard, où en est-on de cette promesse ?

A l’échelle du monde, et par comparaison avec les désordres qui le déchirent, elle a été tenue. Les Européen.nes pourtant, ne se sentent pas porté.es par un sentiment d’appartenance, à l’exception peut-être du million de “bébés Erasmus” et de leurs parents. Et paradoxalement, ce sont les premiers bénéficiaires des fonds d’aide européens qui sont les plus réticents à son égard, en témoigne l’analyse du vote britannique du Brexit.

La paix et la prospérité européennes se sont construites sur le pari audacieux de la prévention d’une nouvelle guerre et dans l’élan économique de la reconstruction, brutalement interrompu par les chocs pétroliers (et l’on mesurait déjà alors notre dépendance aux hydrocarbures), puis dans l’incertitude croissante de l’après-guerre froide. Désormais, même les plus européens des Etats membres se dressent désormais contre l’Europe. L’alliance des populismes italiens en est la dernière alarme. Sans un réel sursaut, la possibilité de l’effondrement de l’Europe est réelle et l’histoire nous enseigne que le risque de guerre n’est jamais à prendre à la légère. Face aux empires américain, chinois, russe, ou indien que pèserait chaque Etat membre isolé ?

Pour refonder l’Europe nous avons besoin d’un nouvel idéal européen : écologie et démocratie.

Partager l’écologie parce qu’elle est la condition immédiate de notre survie face au choc climatique et à la destruction de la biodiversité, de même qu’elle constitue un immense réservoir d’innovations propres à redonner confiance dans une économie solidaire et collaborative, à instaurer le contrat social qui liera les Européen.nes.

Rénover la démocratie, parce qu’elle est la condition sine qua non de la réussite, par l’adhésion et l’implication des citoyen.nes, à l’échelle de l’ensemble des territoires qui composent le continent.

C’est de cette Europe de la transition dont nous débattrons ce 2 juin.

Marie-Pierre Bresson
co-Présidente de l’UDE

Programme

  • 13h30 : Ouverture des portes (pièce d’identité obligatoire )

Message d’accueil délivré par Marie-Pierre Bresson Maire-adjointe de Lille, co-Présidente de l’UDE et  François-Michel Lambert Député des Bouches-du-Rhône

Tables rondes

1 : La transition écologique en Europe animée par Ch. Madrolle Secrétaire Général de l’UDE et Halima Menhoudj Maire-Adjointe de Montreuil

  • Intervenants : Emma Cosse ancienne Ministre du logement et Conseillère Régionale d’Ile-de-France, Anne-Laure Bedu Eco-entrepreneuse et Conseillère Régionale Nouvelle-Aquitaine, Helen Peskine ancienne directrice adjointe de cabinet au ministère de l’environnement, Francis Lalanne artiste, co-président de l’AEI et Arnaud Gossement avocat spécialiste de l’environnement.

2 : Réfonder l’Europe  : quelle réformes économiques, sociales et démocratiques ? animée par Ch Rossignol Sécrétaire général Adjoint de l’UDE et Fabienne Gambiez Déléguée Générale de l’UDE

  • Intervenants  : Anne Sophie Condemine Maire-Adjointe de Lyon déléguée à l’emploi, François Damerval Conseiller Régional d’Ile-de-France et Secrétaire Exécutif de Cap21, Corinne Pulicani Fondatrice de Next Day et co-productrice de la Digital Week, Christophe Quarez membre du Comité économique et social européen,  Jacky Bontems  membre  du Conseil économique, social et environnemental
Posted in Actu, Européennes 2018 and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *